306 747 visites 6 visiteurs

Gros plan sur Nestor Kodjia - Voyageur de ballon

14 novembre 2018 - 08:46

Il vit du football, de ce ballon qui n’a pas cessé de le faire voyager et déménager. À 29 ans, Nestor Kodjia a fait du stade de l’Aar de Schiltigheim son nouveau nid.

SUR UNE PELOUSE, il court beaucoup. Se dépense, puisque son poste de milieu récupérateur impose paradoxalement de ne jamais se reposer. Et puis Nestor Kodjia a toujours beaucoup aimé courir.

Gamin, il quittait déjà le pavillon familial de Villepinte « rejoindre les copains des cités d’à côté », pour taper dans le ballon sur des terrains balisés ou improvisés. C’était dans le quartier de la Trilogie ou de la Fontaine Mallet.

« Le matin, je veux me regarder droit dans les yeux dans le miroir »

Il avait déjà cette particularité « d’être gaucher de naissance, mais d’utiliser mon pied droit le plus souvent », ce qui en fait un ambidextre parfait, difficile à cerner pour un adversaire.

Ses parents – Madeleine femme de ménage et Martin spécialisé dans le gardiennage – l’avaient vite inscrit dans le club de football local. Ils lui avaient aussi rapidement inculqué des valeurs.

« Le respect, dire bonjour à tout le monde sans distinction. Être droit, dire les choses franchement. Le matin, je veux me regarder droit dans les yeux dans le miroir. »

Et puis, le gamin-footballeur avait pris son envol, en signant au Bourget, puis en filant en voiture (conduit par Steven son frère aîné) et au culot à Louhans-Cuiseaux. Il avait alors 14 ans. « J’avais demandé à faire un essai, j’avais été retenu. »

Là-bas, il fera la connaissance d’un certain Stéphane Crucet, qu’il a retrouvé cette saison. « Je sais comment il est. Travailleur, franc, direct, comme j’aime », sourit Nestor Kodjia, qui dit n’avoir pas beaucoup hésité à lui dire oui.

« C’est dur de partir de la maison quand tu as cet âge, mais je voulais me donner toutes les chances de réaliser mon rêve. »

Il sera alors repéré par Brest, y demeurant cinq saisons, y disputant un match de Ligue 2 à 19 ans, se régalant des séances de Gérald Baticle, « un amoureux des jeunes », de Stéphane Nado et de Corentin Martins. « Ils m’ont tous mis en confiance. J’ai besoin de la ressentir pour progresser. »

Comme il n’y aura pas de contrat professionnel au bout, il tentera de le gagner ailleurs. Se délectera des cours de Patrick Abraham à Amiens comme de l’exigence de Xavier Collin à Épinal (c’était la saison passée). Entre les deux, il fera des étapes au Poiré-sur-Vie avec le croustillant Oswald Tanchot, à Vannes, à Lyon Duchère, au FC Mulhouse, puis à Béziers.

« J’ai de la chance »

« J’adore voyager pour découvrir d’autres cultures, comme à Dubaï, au Portugal, en Côte d’Ivoire, le pays de mes parents, au Maroc, ou à Punta Cana, dit ainsi Nestor Kodjia, le cousin de Jonathan. Mais question football, c’est le ballon qui m’a imposé tous ces déménagements. Ce n’est pas un choix de ma part. Je suis allé là où je pouvais en vivre. »

Et ce fan de Rafael Nadal, amateur de NBA, qui avoue avoir Claude Makelele comme seul modèle footballeur, est heureux de son chemin.

« J’ai de la chance de me mettre au travail en enfilant des chaussures de football. Et même si je n’ai pas atteint le plus haut niveau, j’ai plus de quatre-vingts matches en National, quelques-uns en Ligue 2 avec Brest et Amiens. »

Il raconte qu’il poursuivra son chemin tant que ses jambes le porteront. « Je ne sais faire que ça pour l’instant, je ne veux faire que ça ».

« J’ai joué dans de très beaux stades, visité de belles villes, et croisé le grand Monaco en Coupe de France avec Falcao et Kurzawa, Le Mans de Sanson et Thomert, ou l’OM la saison passée. »

Une belle route éclairée par les projecteurs du National 2

Le compagnon de Morgane et le papa de Warren reconnaît avoir parfois fait de mauvais choix, « comme celui d’aller à Vannes », mais ne se nourrit pas d’amertume, la plus mauvaise des essences.

« Les choses sont ainsi. J’ai le sentiment d’avoir fait tout ce que je pouvais faire. Et si ce n’est pas passé, c’est que ça ne devait pas passer. »

Et Nestor Kodjia continue son petit bonhomme de chemin, loin d’être un chemin de croix, sa foi aidant, juste une belle route éclairée par les projecteurs du National 2.

« Le principal, c’est d’être avec des gens qui te disent les choses en face et avec lesquels tu peux parler. Ici, j’ai envie de m’inscrire dans un projet sur la durée. »

Et comme il désire courir longtemps encore, toujours voyager avec ce ballon qui lui tourne les yeux et lui fait mouliner les jambes, il poursuit une carrière plus que respectable. Madeleine et Martin doivent sûrement apprécier.

Jean-Christophe PASQUA

Commentaires

Gros plan sur Nestor Kodjia - Voyageur de ballon

14 novembre 2018 08:46

Gros plan sur Nestor Kodjia - Voyageur de ballon
Il vit du football, de ce ballon qui n’a pas cessé de le faire voyager et déménager. À 29 ans, Nestor Kodjia a fait du stade de l’Aar de Schiltigheim son nouveau nid. SUR UNE PELOUSE, il court beaucoup. Se dépense, puisque son poste de milieu... Lire la suite
Pl Équipe Pts Jo G N P F Bp Bc Dif
1 USCL 24 13 7 3 3 0 17 7 0 10
2 LOSC 23 13 6 7 0 0 21 8 2 13
3 CROIX FOOTBALL IC 23 13 7 2 4 0 22 19 0 3
4 STE GENEVIEVE SP 22 13 6 4 3 0 17 14 0 3
5 BELFORT ASM FC 22 13 6 4 3 0 15 13 0 2
6 SCHILTIGHEIM SC 21 13 5 6 2 0 17 12 0 5
7 EPINAL SA 19 13 5 4 4 0 13 12 0 1
8 FLEURY 91 FC 17 13 4 5 4 0 22 25 0 -3
9 CS SEDAN ARDENNES 17 12 4 5 3 0 15 13 0 2
10 STADE DE REIMS 17 13 5 2 6 0 13 13 0 0
11 HAGUENAU FCSR 14 13 3 5 5 0 15 15 0 0
12 FEIGNIES/AULNOYE EFC 14 13 3 5 5 0 14 16 0 -2
13 ST MAUR LUSITANOS 12 13 2 6 5 0 21 25 0 -4
14 ARRAS FA 9 13 1 6 6 0 13 24 0 -11
15 BOBIGNY AF 9 12 2 3 7 0 11 22 0 -11
16 LENS RC 8 13 1 5 7 0 14 22 0 -8